1983 juillet | 2011 | Makoumè !

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Makoumè !
Noirs, métis, pédés, séropos... On abuse, merde !
Non à l'homophobie ! | 26.07.2011 - 16 h 04 | 1 COMMENTAIRES
Quatre questions à Christian Jacob sur sa vision de la «convergence» des droits des couples homosexuels et hétérosexuels

Étiquettes : , ,

– – –
TOTAL RESPECT – TJENBÉ RÈD FÉDÉRATION
Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
– – –

– – –
COULEURS GAIES
Centre LGBT (lesbien, gai, bi & trans) Metz Lorraine-Nord
Organisation membre de Total Respect
– – –

Quatre questions à Christian Jacob sur sa vision de la «convergence» des droits des couples homosexuels et hétérosexuels

(Nouvelle lettre ouverte au président du groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale)

– – –
Rivière-Pilote – Metz, mercredi 21 / mardi 26 juillet 2011
Communication n°TRF2011-09F
– – –

Monsieur le Président,

À la suite de notre lettre ouverte du 14 juillet : «Pris en otage par son aile droite, le groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale s’enfonce dans la provocation homophobe» [1], nous accusons bonne réception de votre réponse du 21 courant et saluons cette marque de respect, inédite, à l’égard d’une part de la société civile ignorée avec constance par le groupe que vous présidez et par le parti auquel vous appartenez : les associations LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) – qui ne représentent jamais qu’un vingtième environ de nos compatriotes [2].

Paradoxalement, le député européen du Front national Bruno Gollnisch avait dès le 14 juillet apporté sa réponse à notre lettre, nous donnant ainsi le sentiment étrange que lorsque l’on écrivait à votre parti, c’est le sien qui répondait. Nous sommes heureux et heureuses que vous leviez cette ambiguïté, en partie seulement cependant puisque les arguments de M. Gollnisch (qui estime que les homosexuels feraient «un choix de vie» qui exclurait la procréation et «ne sauraient exiger le mariage dont la finalité» serait «la transmission de la vie», alors que le pacs suffirait «à régler les problèmes qu’ils rencontrent») semblent difficilement se différencier, sur ce point, des vôtres [3].

Nous prenons également acte de votre condamnation des propos tenus par la députée du Tarn-et-Garonne Brigitte Barèges, membre de votre groupe, le 25 mai devant la commission des lois de l’Assemblée nationale statuant sur la proposition de loi visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe : «Pourquoi pas le mariage avec les animaux ou la polygamie ?»

*    *    *

Pour autant, nous observons que votre réponse n’en apporte aucune sur les remarques spécifiques que nous formulions quant au rapport sur la famille rendu le 13 juillet par cinquante-trois député/e/s de votre groupe, emmené/e/s par la députée de la Moselle Anne Grommerch et le député de la Drôme Hervé Mariton [4]. Nous regrettions notamment une partialité criante dans le choix des personnes auditionnées (des chrétiens mais pas de musulmans, des parents mais pas d’enfants, des hétéros mais pas d’homos…) et une accumulation de poncifs homophobes sans rigueur scientifique (les unions homosexuelles seraient sans «avenir» et placées sous le signe de «l’instant», avoir deux parents de sexes différents serait «un bien élémentaire de l’enfant»).

Au contraire, votre réponse porte de façon générale sur l’avancée contrariée vers l’égalité des personnes LGBT dans notre pays. Vous évoquez ainsi, semble-t-il pour vous en réjouir, une «convergence des régimes juridiques [des couples de même sexe] avec les couples mariés», laquelle vous opposez aux «traitements discriminatoires» du passé. Voilà qui nous surprend car cette convergence n’est pas parfaite, loin s’en faut, et les traitements discriminatoires persistent. En particulier, votre majorité a été élue sur la base d’un programme promettant l’union civile aux couples de même sexe et avec elle l’égalité successorale, sociale et fiscale : cette promesse n’est pas tenue (voir notre communiqué de presse du 14 juin : «La majorité présidentielle enterre un peu plus sa promesse d’égalité aux personnes homosexuelles») [5].

En outre, vous appuyez le maintien de la prohibition du mariage des couples de même sexe sur une décision contestable du Conseil constitutionnel du 16 novembre (en réalité, du 28 janvier, la haute instance ayant été saisie le 16 novembre), dont nous avons déjà eu l’occasion d’estimer qu’elle faisait de la France un «pays d’homophobie d’État» (voir notre lettre du 29 janvier au président du Conseil constitutionnel : «Monsieur Debré, vous avez sali la Constitution» ; à cet égard, nous ajoutions que «le problème n’est plus véritablement celui du mariage, qu’il faudra évidemment ouvrir aux couples de même sexe, mais celui de la Constitution dans laquelle il est désormais nécessaire d’inscrire un principe de neutralité par rapport à l’orientation sexuelle ou, du reste, à l’identité de genre») [6].

*    *    *

Dès lors, sachant que la députée de Paris Edwige Antier, l’une des cinquante-trois précité/e/s, s’est publiquement désolidarisée des conclusions présentées en leur nom par Mme Grommerch et M. Mariton, estimant qu’elles ne correspondaient pas à leurs échanges [7], nous souhaitons, comme vous nous y invitez, revenir vers vous avec les questions suivantes.

1°) Alors d’une part que l’un ou plusieurs des membres du groupe de travail sur la famille, animé au sein du groupe que vous présidez par Mme Grommerch et M. Mariton, estiment que le rapport publié le 13 juillet n’est pas fidèle aux débats de ce groupe de travail ; alors d’autre part que la liste des personnes auditionnées en vue de produire ce rapport est manifestement partiale et ne correspond pas à la diversité de la société française ; alors encore que ce document présente une suite de poncifs homophobes en s’abstenant d’indiquer à leur appui une quelconque bibliographie, témoignant ainsi d’un manque de rigueur qui ne correspond pas à ce que peuvent attendre nos concitoyen/ne/s de leurs représentant/e/s ; alors enfin que, selon votre propre réponse du 21 courant, vos collègues développent des «réactions excessives» au sujet de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, le groupe politique que vous présidez reprend-il à son compte les conclusions de ce rapport ?

2°) Alors que vous semblez appeler de vos vœux une «convergence» entre les régimes juridiques des couples de même sexe et des couples de sexes différents, le groupe de l’UMP à l’Assemblée nationale entend-il mettre en œuvre les promesses électorales formulées en 2007 quant à l’octroi de l’égalité successorale, sociale et fiscale aux personnes LGBT ?

3°) Alors que vous évoquez, dans votre réponse du 21 courant, la décision litigieuse du Conseil constitutionnel du 28 janvier relative à l’interdiction du mariage entre personnes de même sexe sans vous prononcer sur son bien-fondé et alors que vous reconnaissez les «réactions excessives de [vos] collègues», sauriez-vous préciser votre opinion personnelle quant à cette décision et quant à l’opportunité d’inscrire dans la Constitution un principe de neutralité par rapport à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre ?

4°) Enfin, alors que vous condamnez les propos tenus par Mme Barèges le 25 mai, condamnez-vous les propos équivalents tenus par le député du Val-de-Marne Jacques-Alain Bénisti, membre de votre groupe, le 23 juin sur la Chaîne parlementaire ? – «Quelle société veut-on donner pour nos nouvelles générations ? […] Après le mariage homosexuel, bientôt l’adoption ! […] Je dirais, à la limite, à quand la dépénalisation du viol ? Ou la légalisation du viol ?» [8]

Vous remerciant par avance de vos réponses à venir, nous restons à votre disposition pour tout complément d’information et vous prions, Monsieur le Président, d’agréer l’expression de nos salutations républicaines.

– – –
David Auerbach Chiffrin
président de la fédération Total Respect
– – –

– – –
Matthieu Gatipon-Bachette,
vice-président de la fédération Total Respect,
président de Couleurs gaies
– – –

– – –
Attn : M. Christian Jacob,
député de Seine-et-Marne, président du groupe politique
de l’UMP à l’Assemblée nationale,
maire de Provins
– – –

– – –
C./c. : M. Jean-Marc Ayrault, député de Loire-Atlantique,
M. Yves Cochet, député de Paris,
M. François Sauvadet, député de Côte-d’Or,
présidents des autres groupes politiques de l’Assemblée nationale
– – –
Mme Anne Grommerch, députée de la Moselle, conseillère municipale de Roussy-le-Village, conseillère régionale de Lorraine
– – –
M. Alfred Marie-Jeanne, député de Martinique, conseiller régional de Martinique
– – –
GAYLIB
Mouvement associé à l’UMP évoquant les problématiques sociales & politiques liées à l’homosexualité
– – –

Lettre diffusée sur Agoravox.fr le 26 juillet 2011 :
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quatre-questions-a-christian-jacob-98075

NOTES

[1] 14 juillet 2011 – Pris en otage par son aile droite, le groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale s’enfonce dans la provocation homophobe (Lettre ouverte au président Christian Jacob) – Communication n°TRF2011-09E
http://www.tjenbered.fr/2011/20110713-00.pdf [fr]
http://actualites.senego.com/ [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[2] 21 juillet 2011 – Réponse de Christian Jacob, président du groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale, à une lettre ouverte de Total Respect en date du 14 juillet («Pris en otage par son aile droite, le groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale s’enfonce dans la provocation homophobe»)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110721-89.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110721-89.jpg

[3] 14 juillet 2011 – Quand on écrit à l’UMP, c’est le Front national qui répond
http://www.tjenbered.fr/blog

[4] 12/13 juillet 2011 – Rapport du groupe de travail sur la famille animé par les député/e/s Anne Grommerch et Hervé Mariton pour le groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale
http://www.tjenbered.fr/2011/20110713-99.pdf

[5] 14 juin 2011 – La majorité présidentielle enterre un peu plus sa promesse d’égalité aux personnes homosexuelles – Communiqué de presse n°TRF2011-09D
http://www.tjenbered.fr/2011/20110614-00.pdf [fr]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110614-09.pdf [en]
http://www.bondamanjak.com/a-la-une/12090.html [fr]
http://www.inversalis-productions.eu/blog/2011/06/mariage-gay-et-elus-doutre-mer/ [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[6] 29 janvier 2011 – Monsieur Debré, vous avez sali la Constitution (Lettre au président du Conseil constitutionnel suite à une décision qui légitime l’homophobie d’État) – Communication n°TRF2011-08
http://www.tjenbered.fr/2011/20110129-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[7A] 13 juillet 2011 – Les députés UMP veulent réserver en priorité l’adoption aux couples (L’Express)
http://www.lepoint.fr/societe/les-deputes-ump-veulent-reserver-en-priorite-l-adoption-aux-couples-13-07-2011-1352470_23.php
http://www.tjenbered.fr/2011/20110713-98.pdf

[7B] 20 juillet 2011 – Contre l’homoparentalité, l’UMP veut «promouvoir la famille durable» (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/imprimer/article/2011/07/20/1551011.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110720-89.pdf

[8] 12 juillet 2011 – Affaire Bénisti : Le sénateur Jean-Claude Voguet saisit le président du Sénat, Total Respect lance une souscription – Communiqué de presse n°TRF2011-26C
http://www.tjenbered.fr/2011/20110711-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

Total Respect – Tjenbé Rèd Fédération | Fédération de lutte contre les racismes,
les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
Organisations membres : 1°) Alu | Asociación de Latinos unidos ; 2°) Couleurs gaies | Centre LGBT Metz Lorraine-Nord ; 3°) Homo-Sphère | Association gay & lesbienne de Nouvelle-Calédonie ; 4°) SLD | Sida – Les liaisons dangereuses ; 5°) Tjenbé Rèd Prévention (Association de prévention des racismes, des homophobies & du sida issue des communautés afro-caribéennes)
Courriels : federation@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr
Site Internet : www.tjenbered.fr/federation | Myspace : www.myspace.com/tjenbered
Facebook : www.facebook.com/federationtotalrespect
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège social : Pont-Madeleine, F-97211 Rivière-Pilote
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
Aidez-nous à financer nos actions : http://soutenir.totalrespect.fr/

Stop Murder Music | 23.07.2011 - 08 h 37 | 0 COMMENTAIRES
Le site Internet Wat.tv du groupe TF1 retire trois vidéoclips homophobes en créoles martiniquais et guadeloupéen

LE SITE INTERNET WAT.TV DU GROUPE TF1 RETIRE TROIS VIDÉOCLIPS HOMOPHOBES EN CRÉOLES MARTINIQUAIS ET GUADELOUPÉEN

Rivière-Pilote, samedi 23 juillet 2011
Communiqué de presse n°TRF2011-29B    FR
_

Saisi jeudi par SMM FRANCE (Stop Murder Music France), un département de TOTAL RESPECT (Tjenbé Rèd Fédération), le site Internet WAT.TV vient de retirer trois vidéoclips homophobes en créoles martiniquais et guadeloupéen.

Dans ces vidéoclips, nos jeunes artistes «TI MC 972», «DJ KORY VI» ou «STRESSO» appellent à la haine et au meurtre des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) dans les termes suivants, respectivement : «Sa ki macoumé, nou ké brilé sa kon kann !» («Ceux qui sont homosexuels, nous allons brûler ça comme de la canne !») ; «Macoum dead» («Mort aux pédés») ; «Moi je brûle les batty… paske sé moun ta la sé ti brin trop vis yo ni» («Moi je brûle les pédés… parce que ces gens sont trop vicieux»).

WAT.TV, une division du groupe TF1 (sic), nous informe également avoir fermé les comptes des membres ayant posté ces vidéoclips.

SMM FRANCE et TOTAL RESPECT déplorent que certains jeunes artistes de nos pays ne fassent toujours pas l’effort d’imagination de trouver des sujets d’indignation plus originaux et plus pertinents que l’orientation sexuelle ou l’identité de genre de leurs propres compatriotes…

Cela nous éviterait d’avoir à solliciter les services d’un groupe audiovisuel qui s’est publiquement donné pour mission de «vendre du temps de cerveau humain disponible à Coca-Cola» (Patrick LE LAY, PDG de TF1, dépêche AFP du 9 juillet 2004).
_

[3] 22 juillet 2011 – Réponse de Wat.tv à SMM France (Stop Murder Music France)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110722-99.pdf

[2] 21 juillet 2011 – Stop Murder Music France demande au site Internet Wat.fr de retirer des vidéoclips homophobes en créole martiniquais – Communication n°TRF2011-29
http://www.tjenbered.fr/2011/20110720-00.pdf
http://makoume.yagg.com/2011/07/21/smm/
http://www.lepost.fr/

[1] 30 septembre 2010 – Lettre d’Arnaud Montebourg au président-directeur général de TF1 (Télévision française 1)
http://www.arnaudmontebourg.fr/ma-reponse-a-nonce-paolini-pdg-de-tf1/
http://www.tjenbered.fr/2010/20100930-99.pdf

Total Respect – Tjenbé Rèd Fédération | Fédération de lutte contre les racismes,
les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
Organisations membres : 1°) Alu | Asociación de Latinos unidos ; 2°) Couleurs gaies | Centre LGBT Metz Lorraine-Nord ; 3°) Homo-Sphère | Association gay & lesbienne de Nouvelle-Calédonie ; 4°) SLD | Sida – Les liaisons dangereuses ; 5°) Tjenbé Rèd Prévention (Association de prévention des racismes, des homophobies & du sida issue des communautés afro-caribéennes)
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
Aidez-nous à financer nos actions : http://soutenir.totalrespect.fr/

Stop Murder Music | 21.07.2011 - 11 h 05 | 0 COMMENTAIRES
Stop Murder Music France demande au site Internet Wat.fr de retirer des vidéoclips homophobes en créole antillais


– – –
STOP MURDER MUSIC FRANCE
– – –

Un département de

– – –
TOTAL RESPECT – TJENBÉ RÈD FÉDÉRATION
Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
– – –

– – –
Paris, jeudi 21 juillet 2011
Communication n°TRF2011-29
– – –

Monsieur le Directeur,

Le 21 février et aujourd’hui encore, nous avons observé sur votre site Internet Wat.tv la présence de trois vidéoclips incitant à la haine ou au meurtre des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans), accessibles à partir du lien suivant :

http://www.wat.tv/theme/musique/commented/video-streaming/macoume [1]

…/…

Il s’agit des titres suivants :

1°) «Ti Mc Macoumè» (par Ti MC 972)
http://www.wat.tv/audio/ti-mc-macoume-b3kd_2fzwr_.html [2]

2°) «Macoum Dead 2007» (par DJ Kory VI)
http://www.wat.tv/audio/djkory6-macoum-dead-2007-9h0y_2j79b_.html [3]

3°) «Stresso Bun Dem» (présenté par Onekhann)
http://www.wat.tv/audio/stresso-bun-dem-ft-kill-yo-j6fb_2j4eh_.html [4]

*    *
*

Voici une transcription des paroles du premier de ces titres :

Version originale en langue créole martiniquaise :

An an Ti MC déyè mic la !
Original faya, original faya, original faya blackman okay hey !
Ou sav ke jodi a nou pa ni tan a pèd !
[O bénéfis de moun] macoumè [ki tout plas la !]
Okay, represent Robert city !
Ou sé di yo pa ka tann !
Ke nou ké fè yo comprann
Ke sa ki macoumè nou ki brilé sa !
Nou ké brilé sa kon kann !

Traduction en langue créole parisienne :

C’est Ti MC derrière le micro là !
Un vrai reggaeman, un vrai reggaeman, un vrai reggaeman noir, okay, hè !
Vous savez qu’aujourd’hui on n’a pas de temps à perdre !
[À l’attention de tous ces] pédés [qui nous envahissent !]
OK, je représente la ville du Robert !
On dirait qu’ils n’entendent pas !
Qu’on va leur faire comprendre
Que ceux qui sont homosexuels, nous allons brûler ça !
Nous allons le brûler comme de la canne !

*    *
*

Le titre même du deuxième titre, en langue créole guadeloupéenne cette fois, signifie «Mort aux pédés»…

*    *
*

Enfin, voici une transcription des paroles du troisième titre :

Version originale en langue créole martiniquaise :

Ouais ! Ta la sé an spécial tou doi soti di monn vè !
Kill yo !
Hey paske nou mem sé fam nou inmin !
Fok lé fanm lan ki ka couché épi fanm…
Fok lé nonm lan ki ka couché épi nonm…
Arrété man soucé an chi chi man !
Arrété fanm soucé an lesbian !
Pas a té a Madinina ni trop nonm épi fanm
Pou man pé pa sa tann di kon sa ni tou sa battyman !
Arrété man soucé an chi chi man !
Arrété fanm soucé an lesbian !
Pas a té a madinina ni trop nonm épi fanm !
Pou man pé pa don li kon sa !
Kill yo MC sur le représentan Madinina !
Moi je brûle les batty je parle même pas des lesbi,
Paske sé moun ta la sé ti brin trop vis yo ni !
Pa ka comprann poutchi yo inmin sodomie !

Traduction en langue créole parisienne :

Ouais ! Ça c’est une dédicace spéciale sortie tout droit du Morne-Vert !
Tue-les !
Hé, parce que nous autres ce sont les femmes que nous aimons !
Il faut que les femmes qui couchent avec des femmes…
Il faut que les hommes qui couchent avec des hommes…
Arrêtez, mecs, de sucer un pédé !
Arrêtez, femmes, de sucer une lesbienne !
Parce qu’ici en Martinique il y a trop d’hommes et de femmes
Pour que j’entende dire qu’il y a autant de pédés !
Arrêtez, mecs, de sucer un pédé !
Arrêtez, femmes, de sucer une lesbienne !
Parce qu’ici en Martinique il y a trop d’hommes et de femmes !
Moi je brûle les pédés, je parle même pas des lesbiennes,
Parce que ces gens sont trop vicieux !
Je ne comprends pas pourquoi ils aiment la sodomie !

*    *
*

Ces propos constituent manifestement des incitations à la violence voire au meurtre à raison de l’orientation sexuelle, contre la diffusion desquelles vous êtes tenus de lutter, conformément à l’article 6-I-7 alinéa 3 de la LCEN (loi n°2004-575 modifiée du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique) [5].

Ces propos constituent également une insulte à nos compatriotes LGBT (lesbiennes, gais, bi & trans), à leurs familles et à leurs proches.

Enfin, ces propos constituent un danger majeur pour les jeunes LGBT, en pleine constitution psychologique, qui n’ont pas les moyens intellectuels de s’en distancier. Il convient de rappeler ici que de tels propos, publics, sont évidemment à même de dégrader l’image de soi des jeunes LGBT qui les entendent et que les jeunes LGBT sont cinq à quinze fois plus touché/e/s par le suicide que les jeunes hétérosexuel/les.

*    *
*

La personne qui a publié le premier enregistrement semble être l’auteur lui-même puisque l’on trouve comme référence de nom d’auteur ou éditeur vraisemblable «Ti MC 972». En cliquant sur son nom, on accède à la liste des vidéos qu’il a diffusées, ainsi qu’à un lien proposant l’abonnement à une chaîne ou encore de déclarer que l’on aime cette chaîne sur Facebook – ce qui ne nous enthousiasme pas particulièrement. Par ailleurs, nous n’avons rien trouvé en tapant ce nom sur Facebook. Enfin, une requête sur Google [6] conduit, à travers l’un des résultats, à un nom d’utilisateur sur Youtube auquel on peut envoyer un message [7] – à condition d’avoir un compte Youtube – mais il ne s’agit pas à proprement parler de coordonnées et surtout ce compte concerne un portail de vidéos différent du vôtre.

Des remarques similaires sont formulées concernant le deuxième enregistrement et son auteur, «DJ Kory VI» [8].

Enfin, la personne qui a publié le troisième enregistrement laisse pour sa part un commentaire : «Ici, il s’agit de Kill Yo et Stresso qui dénoncent l’homosexualité avec à la fois beaucoup d’humour et de détermination» (sic) [4]. Cette personne n’a pu être contactée en raison de la difficulté voire de l’impossibilité de trouver ses coordonnées sur votre site. Elle a comme pseudonyme «Onekhann» et indique comme auteur pour cette musique «Kill Yo» en collaboration avec «Stresso».

*    *
*

Pour ces raisons, nous vous invitons à retirer ces contenus de votre site Internet et à prendre les mesures appropriées pour éviter désormais qu’il soit possible d’insérer de tels contenus sur votre site.

Restant à votre disposition pour tout complément d’information, nous vous prions, Monsieur le Directeur, d’agréer l’expression de nos salutations républicaines.

– – –
David Auerbach Chiffrin,
président fédéral de Total Respect
– – –

– – –
Avec la collaboration de Teddy Jacques,
administrateur national
de Tjenbé Rèd Prévention,
organisation membre
de la fédération Total Respect
– – –

– – –
Attn : WAT – Société par actions simplifiée au capital de 100.000 euros
– – –

– – –
C./c. : AFA (Association des fournisseurs d’accès et de services Internet) ;
Inhope (International Association of Internet Hotlines)
– – –

NOTES ET REFERENCES :

[1] 21 février / 20 juillet 2011 – Capture d’écran d’une page du site Internet Wat.tv permettant d’accéder à trois vidéoclips en langue créole martiniquaise incitant à la haine ou au meurtre des «macoumè» ou personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)
http://www.wat.tv/theme/musique/commented/video-streaming/macoume
http://www.tjenbered.fr/2011/20110221-99.jpg

[2] 21 février / 20 juillet 2011 – Capture d’écran du vidéoclip «Ti Mc Macoumè» (par Ti MC 972) sur le site Internet Wat.tv, en langue créole martiniquaise, incitant à la haine ou au meurtre des «macoumè» ou personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)
http://www.wat.tv/audio/ti-mc-macoume-b3kd_2fzwr_.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110221-98.jpg

[3] 21 février / 20 juillet 2011 – Capture d’écran du vidéoclip «Macoum Dead 2007» (par DJ Kory VI) sur le site Internet Wat.tv, en langue créole guadeloupéenne, incitant à la haine ou au meurtre des «macoumè» ou personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)
http://www.wat.tv/audio/djkory6-macoum-dead-2007-9h0y_2j79b_.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110221-97.jpg

[4] 21 février / 20 juillet 2011 – Capture d’écran du vidéoclip «Stresso Bun Dem» (par Onekhann) sur le site Internet Wat.tv, en langue créole martiniquaise, incitant à la haine ou au meurtre des «macoumè» ou personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)
http://www.wat.tv/audio/stresso-bun-dem-ft-kill-yo-j6fb_2j4eh_.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110221-96.jpg

[5] 21 juin 2004 / 9 juillet 2010 – Extraits des articles 6-I-1, 2 et 7 et 6-VI-1 et 2 de la LCEN (loi n°2004-575 modifiée du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique) :

«6-I-1. Les personnes dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne informent leurs abonnés de l’existence de moyens techniques permettant de restreindre l’accès à certains services ou de les sélectionner et leur proposent au moins un de ces moyens. […]

«6-I-2. Les personnes physiques ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour mise à disposition du public par des services de communication au public en ligne, le stockage de signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de messages de toute nature fournis par des destinataires de ces services ne peuvent pas voir leur responsabilité civile engagée du fait des activités ou des informations stockées à la demande d’un destinataire de ces services si elles n’avaient pas effectivement connaissance de leur caractère illicite ou de faits et circonstances faisant apparaître ce caractère ou si, dès le moment où elles en ont eu cette connaissance, elles ont agi promptement pour retirer ces données ou en rendre l’accès impossible.

«L’alinéa précédent ne s’applique pas lorsque le destinataire du service agit sous l’autorité ou le contrôle de la personne visée audit alinéa.

«6-I-7. Les personnes mentionnées aux 1 et 2 ne sont pas soumises à une obligation générale de surveiller les informations qu’elles transmettent ou stockent, ni à une obligation générale de rechercher des faits ou des circonstances révélant des activités illicites.

«Le précédent alinéa est sans préjudice de toute activité de surveillance ciblée et temporaire demandée par l’autorité judiciaire.

«Compte tenu de l’intérêt général attaché à la répression de l’apologie des crimes contre l’humanité, de l’incitation à la haine raciale ainsi que de la pornographie enfantine, de l’incitation à la violence, notamment l’incitation aux violences faites aux femmes, ainsi que des atteintes à la dignité humaine, les personnes mentionnées ci-dessus doivent concourir à la lutte contre la diffusion des infractions visées aux cinquième et huitième alinéas de l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et aux articles 227-23 et 227-24 du code pénal.

«À ce titre, elles doivent mettre en place un dispositif facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à leur connaissance ce type de données. Elles ont également l’obligation, d’une part, d’informer promptement les autorités publiques compétentes de toutes activités illicites mentionnées à l’alinéa précédent qui leur seraient signalées et qu’exerceraient les destinataires de leurs services, et, d’autre part, de rendre publics les moyens qu’elles consacrent à la lutte contre ces activités illicites. […]

«Tout manquement aux obligations définies aux quatrième et cinquième alinéas est puni des peines prévues au 1 du VI.

«6-VI-1. Est puni d’un an d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende le fait, pour une personne physique ou le dirigeant de droit ou de fait d’une personne morale exerçant l’une des activités définies aux 1 et 2 du I, de ne pas satisfaire aux obligations définies aux quatrième et cinquième alinéas du 7 du I, de ne pas avoir conservé les éléments d’information visés au II ou de ne pas déférer à la demande d’une autorité judiciaire d’obtenir communication desdits éléments.

«Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables de ces infractions dans les conditions prévues à l’article 121-2 du code pénal. Elles encourent une peine d’amende, suivant les modalités prévues par l’article 131-38 du même code, ainsi que les peines mentionnées aux 2° et 9° de l’article 131-39 de ce code. L’interdiction mentionnée au 2° de cet article est prononcée pour une durée de cinq ans au plus et porte sur l’activité professionnelle dans l’exercice ou à l’occasion de laquelle l’infraction a été commise.

«6-VI-2. Est puni d’un an d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende le fait, pour une personne physique ou le dirigeant de droit ou de fait d’une personne morale exerçant l’activité définie au III, de ne pas avoir respecté les prescriptions de ce même article.

«Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables de ces infractions dans les conditions prévues à l’article 121-2 du code pénal. Elles encourent une peine d’amende, suivant les modalités prévues par l’article 131-38 du même code, ainsi que les peines mentionnées aux 2° et 9° de l’article 131-39 de ce code. L’interdiction mentionnée au 2° de cet article est prononcée pour une durée de cinq ans au plus et porte sur l’activité professionnelle dans l’exercice ou à l’occasion de laquelle l’infraction a été commise.»

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005789847 (20 juillet 2011)

[6] 20 juillet 2011 – Capture d’écran d’une recherche sur Google à partir du mot clef «timc972»
http://www.tjenbered.fr/2011/20110720-99.jpg

[7] 20 juillet 2011 – Capture d’écran du compte de «Ti Mc Macoumè» sur le site Internet Youtube.com, en langue créole martiniquaise, incitant à la haine ou au meurtre des «macoumè» ou personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)
http://www.youtube.com/user/timc972#p/u
http://www.tjenbered.fr/2011/20110720-98.jpg

[8] 21 juillet 2011 – Capture d’écran de la chaîne de DJ Kory VI sur le site Internet Wat.tv
http://www.wat.tv/djkory6
http://www.tjenbered.fr/2011/20110721-99.jpg

[9] 17 juillet 2009 – Stop Murder Music Campaign – Tjenbé Rèd demande à YouTube de retirer des vidéos homophobes de Capleton et TOK – Communiqué de presse n°TR09POL33
http://www.tjenbered.fr/2009/20090717-00.pdf

[10] 1er mai 2009 / 17 mars 2011 – Répertoire de droit pénal et de procédure pénale (article «Cybercriminalité», par Frédérique Chopin, éditions Dalloz)
Document confidentiel, réf. 110317-99.rtf

[11A] 21 juillet 2011 – Capture d’écran de la confirmation par le site Internet Wat.tv de l’envoi de la présente
http://www.wat.tv/contactwat
http://www.tjenbered.fr/2011/20110721-98.jpg

[11B] 21 juillet 2011 – Capture d’écran de la confirmation par le site Internet Pointdecontact.net (Afa, Association des fournisseurs d’accès et de services Internet) de l’envoi de la présente
http://www.pointdecontact.net/contact.aspx
http://www.tjenbered.fr/2011/20110721-97.jpg

Total Respect – Tjenbé Rèd Fédération | Fédération de lutte contre les racismes,
les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
Organisations membres : 1°) Alu | Asociación de Latinos unidos ; 2°) Couleurs gaies | Centre LGBT Metz Lorraine-Nord ; 3°) Homo-Sphère | Association gay & lesbienne de Nouvelle-Calédonie ; 4°) SLD | Sida – Les liaisons dangereuses ; 5°) Tjenbé Rèd Prévention (Association de prévention des racismes, des homophobies & du sida issue des communautés afro-caribéennes)
Courriels : federation@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr
Site Internet : www.tjenbered.fr/federation | Myspace : www.myspace.com/tjenbered
Facebook : www.facebook.com/federationtotalrespect
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
Aidez-nous à financer nos actions : http://soutenir.totalrespect.fr/

La vraie vie... | 17.07.2011 - 18 h 37 | 0 COMMENTAIRES
Seconde demande de droit de réponse à LCP à la suite des propos homophobes tenus par Bénisti

– – –
TOTAL RESPECT – TJENBÉ RÈD FÉDÉRATION
Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
– – –

Seconde demande de droit de réponse à la Chaîne parlementaire – Assemblée nationale à la suite des propos homophobes tenus par le député Jacques-Alain Bénisti le 23 juin

(Suite à notre première demande du 2 courant et à votre rejet du 8)

– – –
Paris, lundi 18 juillet 2011
Lettre recommandée avec demande d’avis de réception
– – –

Monsieur le Président-directeur général,

À la suite des propos tenus sur votre antenne le 23 juin par le député du Val-de-Marne Jacques Alain Bénisti qu’il conviendrait, selon le mot de Michel Audiard, de «placer sur orbite» et qu’on ne se lasse guère de citer («Quelle société veut-on donner pour nos nouvelles générations ? […] Après le mariage homosexuel, bientôt l’adoption ! […] À quand la légalisation du viol ?»),

Vu notre demande de droit de réponse en date du 2 juillet [1] et votre rejet de cette demande en date du 8 juillet [2],

Vous nous indiquez envisager de traiter des questions relatives aux insultes homophobes et à leur impact sur la construction psychologique des jeunes personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) dans l’une de vos émissions, notamment en invitant un/e ou plusieurs représentant/e/s des associations LGBT.

Nous prenons bonne note de cette indication, encore qu’il soit heureux que dans un débat sur un thème considéré, vous envisagiez d’inviter les représentant/e/s de la société civile ayant une expertise sur ce thème : il semble en effet souhaitable de donner la parole à de tel/le/s représentant/e/s, de façon générale mais aussi lorsque l’on considère que la démocratie représentative est parvenue dans notre pays à certaines limites, matérialisées par des taux d’abstention élevés ou par le faible nombre de membres des partis politiques (dont les deux premiers à cet égard, le Parti socialiste et l’Union pour un mouvement populaire, comptent ensemble moins de membres que la Confédération générale du travail – Force ouvrière, par exemple, laquelle n’est pourtant que la troisième centrale syndicale à cet égard).

Cela serait d’autant plus pertinent sur le sujet considéré qu’aucun/e parlementaire n’a publiquement fait état d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre minoritaire, alors que la proportion de personnes présentant une telle orientation ou identité est une constante d’environ 5% et qu’en toute logique, l’Assemblée nationale devrait compter une trentaine de député/e/s LGBT. (Cependant, sur un autre plan, il est vrai que la population hexagonale compte environ 10% de personnes de couleur et que le nombre de député/e/s de couleur élu/e/s dans l’Hexagone s’élève à… un ou plutôt une, puisqu’il s’agit de Mme George Pau-Langevin, députée de Paris.)

*    *
*

Sur le fond de notre demande, vous nous indiquez en substance que dans le cadre d’un débat entre deux personnes retransmis à la télévision, en la circonstance où l’une de ces personnes tiendrait des propos «scandaleux», il suffirait que l’autre dénonce ces propos comme tels, lui apportant ainsi une «réponse contradictoire», pour dédouaner la chaîne de son obligation de maîtrise de son antenne.

Voilà un argument saugrenu. À ce compte, il suffirait d’inviter une personne opposée au racisme à l’antenne à chaque fois que l’on prévoit d’y inviter également une personne dont l’on sait qu’elle tiendra des propos racistes, de les laisser chacune s’exprimer sans intervenir puis de saluer un débat «contradictoire» et de s’en tenir là ! Cinq minutes pour Robert Faurisson, cinq minutes pour Serge Klarsfeld, voilà bien en effet l’idéal du débat contradictoire qui nous est vendu depuis quelques années par une certaine télévision. Bien évidemment, cet idéal est une caricature et la contradiction portée par une autre personne invitée n’a pas la valeur de l’intervention immédiate de la chaîne, en la personne de son animateur ou animatrice présent/e sur le plateau qui doit, selon les principes dégagés par le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), interrompre ou condamner les propos discriminatoires tenus en direct.

Plus précisément, concernant notre demande de droit de réponse, il faut bien constater ici que la fort brève «réponse contradictoire» apportée par la députée présente face à M. Bénisti est restée dans le registre de l’indignation et n’a fait qu’effleurer celui de l’analyse («Quel amalgame ! C’est scandaleux, ce que vous dites !»), pour deux raisons indépendantes de sa volonté : d’une part, le sujet de l’émission n’avait rien à voir avec l’orientation sexuelle ni avec le viol mais portait sur le cannabis (cette seule dérive révélant d’ailleurs la hauteur de l’orbite atteinte par M. Bénisti) ; d’autre part, votre animateur Patrick Chêne s’est scrupuleusement gardé de lui proposer de préciser les raisons de son indignation, ce qui nous ramène à votre responsabilité ainsi qu’à la nécessité d’exposer maintenant une telle analyse sur votre antenne.

Pour ces raisons, nous maintenons notre demande de droit de réponse dans les termes formulés le 2 courant.

Cependant, cette demande serait caduque si vous consentiez à nous préciser la date éventuelle de l’émission que vous envisagez sur ces questions et si nous pouvions au cours de cette émission, à supposer qu’elle se tienne effectivement, exprimer le point de vue ainsi formulé.

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information et vous prions, Monsieur le Président-directeur général, d’agréer l’expression de nos salutations républicaines.

– – –
Pour Total Respect,
le président fédéral,
David Auerbach Chiffrin
federation@tjenbered.fr
06 12 95 16 21
– – –

– – –
Attn : M. Gérard Leclerc, président-directeur général de LCP-AN
(La Chaîne parlementaire – Assemblée nationale)
– – –
C./c. : M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication ;
M. Michel Boyon, président du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel)
– – –

NOTES

[1] 2 juillet 2011 – Demande de droit de réponse à la Chaîne parlementaire – Assemblée nationale à la suite des propos homophobes tenus par le député Jacques-Alain Bénisti le 23 juin (par Total Respect)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110623-22.pdf [fr]

[2] 8 juillet 2011 – Réponse de LCP-AN à la demande de droit de réponse de Total Respect du 2 juillet à la suite des propos homophobes tenus par le député Jacques-Alain Bénisti le 23 juin
http://www.tjenbered.fr/2011/20110708-89.pdf

Total Respect – Tjenbé Rèd Fédération | Fédération de lutte contre les racismes,
les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes
Aidez-nous à financer nos actions : http://soutenir.totalrespect.fr/

Antiracistes ! | 14.07.2011 - 18 h 22 | 3 COMMENTAIRES
Quand on écrit à l’UMP, c’est le Front national qui répond

Le groupe UMP de l’Assemblée nationale publiait hier, sous la direction d’Anne GROMMERCH (députée de la Moselle) et d’Hervé MARITON (député de la Drôme), un «rapport sur la famille» qui propose de renforcer les différences entre pacs et mariage et de restreindre les possibilités d’adoption des personnes homosexuelles.

Dans une lettre ouverte à Christian JACOB, député de Seine-et-Marne et président du groupe UMP de l’Assemblée nationale, TOTAL RESPECT a regretté sa médiocrité rédactionnelle, la partialité dans le choix des personnalités auditionnées (des chrétiens mais pas de musulmans, des parents mais pas d’enfants, des hétéros mais pas d’homos…) et l’accumulation de poncifs homophobes sans rigueur scientifique (les unions homosexuelles seraient sans «avenir» et placées sous le signe de «l’instant», avoir deux parents de sexes différents serait «un bien élémentaire de l’enfant»).

Par un surprenant courriel qu’il nous adresse, le député européen du Front national Bruno GOLLNISCH réagit à cette lettre ouverte en appuyant les propositions rétrogrades de l’aile droite de l’UMP, alignant à son tour des lieux communs homophobes sans aucune démonstration :

«Les homosexuels font un choix de vie  […] qui exclut la procréation… Ils ne sauraient exiger le mariage dont la finalité […] est la transmission de la vie et ceci d’autant plus que l’adoption du pacs suffit à régler les problèmes qu’ils rencontrent… Ils ne sauraient […] se prévaloir de je ne sais quel droit à l’enfant…»

Nos lettres et demandes successives de rendez-vous à l’UMP restant régulièrement sans réponse, nous comprenons désormais que lorsqu’on écrit au parti du président de la République, c’est le Front national qui répond.
_

[2] 14 juillet 2011 – Courriel de Bruno Gollnisch à Total Respect en réponse à une lettre ouverte à Christian Jacob à la suite du rapport de l’UMP sur la famille
http://www.tjenbered.fr/2011/20110714-99.jpg

[1] 14 juillet 2011 – Pris en otage par son aile droite, le groupe politique de l’Union pour un mouvement populaire à l’Assemblée nationale s’enfonce dans la provocation homophobe (Lettre ouverte au président Christian Jacob) – Communication n°TRF2011-09E
http://www.tjenbered.fr/2011/20110713-00.pdf [fr]